Bienvenue

bande-vertLe Chœur de Saint-Guillaume est créé par Ernest Münch, alors organiste de l’Eglise Saint-Guillaume et professeur d’orgue au Conservatoire. Il se produit pour la première fois le Vendredi-Saint 1885. Ses débuts sont volontairement modestes, mais il se consacre immédiatement à l’œuvre de Johann Sebastian Bach qui trouve, à l’issue de la période romantique, un de ses lieux de renaissance dans l’église Saint-Guillaume de Strasbourg. Durant sa présence à Strasbourg, Albert Schweitzer est un membre actif du chœur, appelé à tenir l’orgue au cours des concerts du Chœur de Saint-Guillaume. En 1924 Fritz Münch, le fils d’Ernest et frère du célèbre chef d’orchestre Charles Münch, prend la succession à la tête du Chœur, avant d’être nommé Directeur du Conservatoire en 1929. Deux concerts d’abonnement lui sont réservés chaque année pour des concerts vocaux. Dès la fin du XIXème siècle, le Chœur, longtemps partenaire fidèle de l’Orchestre Municipal de Strasbourg, participe activement à la vie musicale strasbourgeoise et en particulier à des créations historiques (notamment de Arthur Honegger et de Francis Poulenc), ainsi qu’à des concerts et cultes du Festival de Musique de Strasbourg. En particulier, l’interprétation de la Passion de J-S Bach le Vendredi Saint, en alternance la St-Jean et la St-Matthieu, est devenue au fil du temps un événement incontournable à la fois spirituel et musical.

Le choeur de Saint Guillaume

Les chefs du Chœur de Saint-Guillaume témoignent d’une remarquable continuité: après Ernest et Fritz Münch, André Stricker et René Matter ont su concilier la référence au sacré et l’ambition concertante. A la tête du Chœur depuis 1989, Erwin List réussit avec talent à perpétuer cette tradition, tout en s’adaptant aux contraintes d’une époque plus exigeante et plus concurrentielle. Cette démarche dynamique passe par un élargissement du répertoire tant vers des œuvres a capella qui imposent un travail renouvelé de la technique vocale, que vers les « monuments » de la musique symphonique vocale.

joue-moi_une_note_de_musiqueSous l’impulsion de son Chef Erwin List, le Chœur de Saint-Guillaume a également pratiqué des échanges ou des collaborations enrichissantes avec d’autres chœurs ou orchestres, tels, dans une époque récente, le Motettenchor de Stuttgart, l’Orchestre du Conservatoire de Strasbourg, l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg (OPS) et tout dernièrement avec la Singakademie Ortenau. En 1994 il a donné Elias de Mendelssohn au « Florilège Vocal » de Tours. En 1997, il a donné en collaboration avec le Mottetenchor de Stuttgart la Messe en Fa mineur et le Te Deum d’Anton Bruckner. En 1999, il a participé à l’interprétation du « Requiem » de Hector Berlioz, lors de plusieurs concerts en Allemagne et à Paris (Salle Pleyel), sous la direction de Theodor Guschlbauer, dans le cadre du « Kultursommer-Rheinland-Pfalz », placé sous le haut-patronage du Président de la République et du Chancelier Fédéral d’Allemagne. En mai 2002 il a collaboré, avec d’autres chœurs, à l’exécution de la 8ème Symphonie de Gustav Mahler par l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, sous la direction de Jan Latham-Koenig. Le Vendredi Saint 2005, il était invité par l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg pour une Passion selon Saint Matthieu de J-S. Bach au Palais de la Musique et des Congrès, sous la direction d’Armin JORDAN. En février 2012, il a interprété la Symphonie n°1 « A Sea Symphony » de Ralph Vaughan Williams, en collaboration avec la Philharmonie de Strasbourg, en l’honneur de la Présidence Britannique du Conseil de l’Europe.

En avril de la même année et pour la première fois de son histoire, le Chœur de Saint Guillaume a interprété la Passion selon St-Jean accompagné d’un ensemble d’instruments anciens, accordés au diapason baroque (« la » à 415 Hz).

Cette expérience remarquée a été réitérée depuis avec la Passion selon St-Matthieu en mars 2013.